louvre-paris

Coronavirus : le Louvre

Ils font sagement la queue. Certains portent des masques, d’autres se prennent en selfie dos à la pyramide du plus célèbre musée du monde. Tous attendent l’ouverture en scrutant sur leur téléphone portable le compte Twitter du Louvre. Finalement, le tweet tant attendu tombe peu après midi : « Mercredi 4 mars : le musée du #Louvre est ouvert. » La file d’attente, peu nombreuse, s’ébranle, mettant fin à trois jours de fermeture forcée, après que le personnel, inquiet, a fait valoir son droit de retrait. En cause, la rapide propagation du Covid-19, ce virus parti de Chine, qui a déjà fait quatre victimes dans l’Hexagone.

Peur sur le musée

« Si on a exercé un droit de retrait, c’est justement parce que les mesures prises n’étaient pas satisfaisantes, il n’y avait pas d’anticipation », explique Alexandra Kardianou, responsable de collection et déléguée CGT. Plusieurs réunions, une assemblée générale et un CHSCT exceptionnel (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) tenu lundi, auront été nécessaires pour convaincre de la pertinence du plan d’action décidé par la direction. Au menu des nouvelles mesures : « Avoir un grand stock de gels hydroalcooliques et des lingettes », énumère la représentante du personnel, « par exemple, il y a un dispositif où les agents se tiendront près des caisses, mais pas en contact direct avec le public », ajoute-t-elle. Prudence donc pour les caissiers, guides, conférenciers et autres membres du personnel chargés de l’accueil du public. Et si l’inquiétude est palpable, Hélène, chargée de l’accueil des groupes, relativise : « Personnellement, je n’ai pas peur du tout. Je suis responsable d’une petite équipe et ce n’est pas la panique. Ce qui est important, c’est la prise de conscience d’en haut que l’on prend des risques et qu’il faut les limiter. » Dont acte, puisque seuls huit agents ont fait valoir leur droit de retrait, rapporte Alexandra Kardianou. Un prochain CHST devrait permettre d’informer le personnel, notamment en cas de passage au stade 3, celui d’épidémie.